Le lycée du Léon est prêt pour la reprise

Depuis déjà deux semaines, au lycée du Léon, agents, vie scolaire et direction se préparent à un accueil des élèves soumis à un cahier des charges (gel hydroalcoolique, masques, distanciation) qui conditionne la réouverture. Une commission hygiène et sécurité ayant passé en revue les dispositifs mis en place, les dispositions ont été présentées en conseil d’administration : le lycée est donc prêt à accueillir les élèves en petits groupes.

La vie scolaire en état de marche est prête à recevoir les premiers lycéens dans les règles.

Un calendrier et des objectifs

Le mardi 2 juin, les enseignants se sont réunis pour être formés par l’infirmière aux gestes barrières et anticiper l’accueil des élèves. À partir du jeudi 4 juin, les élèves de terminale seront accueillis sur la base du volontariat. Les autres niveaux restent pour le moment en distanciel. Après évaluation des premiers retours, d’autres niveaux pourraient être accueillis progressivement, sur certaines journées et en petits groupes, les semaines suivantes.

Au-delà de l’aspect sanitaire de cette « rentrée » si particulière, les enseignants et l’équipe éducative ont réfléchi à la meilleure préparation des élèves pour cette fin d’année et pour la suite de leur scolarité. Ils ont saisi l’occasion pour sécuriser les parcours des élèves pour préparer la rentrée de septembre.

Une reprise des professeurs pilotée par le service infirmier du lycée le mardi 2 juin au matin

Un module d’entraînement à l’oral pour les terminales

Dès la reprise, aux élèves de terminale qui pourraient être inquiets quant à l’obtention du bac, il est proposé un module d’entraînement à l’oral, ainsi qu’un module de renforcement pour leur permettre une transition plus fluide avec le supérieur. Les élèves de seconde et de première poursuivent en distanciel pour le moment. L’objectif est de les accueillir sur certaines journées pour pouvoir consolider les acquis avec la préparation de la rentrée prochaine en tête. Enfin, l’arrivée des futurs élèves fait partie des autres préoccupations de Marianne Naspetti, proviseure : « Nous travaillons déjà sur des ajustements pédagogiques qui nous permettront de les accueillir au mieux en septembre », précise-t-elle.